icones-grecques.com  

*  Nouveautés
*  Contact
*  Livre d'Or


fr / en
*  Accueil
     *  Bienvenue / Présentation
     *  Les nouveautés
*  Albums
     *  Icônes du Christ
     *  Icônes de la Mère de Dieu
     *  Icônes de saints
     *  6 icônes
*  Expositions
     *  Atelier Gustave, Paris, 2012
     *  Atelier Gustave, Paris, 2009
     *  Atelier Gustave, Paris, 2007
     *  UNESCO (Paris), 2007
     *  Abbaye d'Ourscamp, 2006
     *  Paris, 2006
     *  Le Cannet, 2005
     *  Paris (AEOF), 2003
     *  Toutes les expositions
*  Textes
     *  Synaxaires
     *  Iconographie
     *  Textes bibliques
*  Marie Lavie
     *  L'iconographe
     *  Contact
 
 
 
Transfert des Reliques du Saint Premier-Martyr et Archidiacre Étienne

Synaxaires -> Vies de saints
Icônes de saints -> Icône de saint Etienne

Le 2 août, nous commémorons le Transfert des Reliques du Saint Premier-Martyr et Archidiacre Étienne à Jérusalem puis à Constantinople [1]

saint etienneAprès la lapidation de Saint Étienne par les Juifs (cf. le synaxaire de 27 décembre), Gamaliel, le maître de Saint Paul dans l'étude de la Loi, mais qui, convaincu par les miracles du Seigneur, s'était fait baptiser par les Apôtres, encouragea certains autres Chrétiens à l'accompagner pour s'emparer du corps du Premier-Martyr, qui avait été abandonné sur la voirie, et l'ensevelir à Caphargamala, propriété qui lui appartenait, à quelques vingt milles de la Ville sainte.

Une fois achevé le deuil de quarante jours, Nicodème, le disciple nocturne du Seigneur (cf. Jean 3), qui avait échappé de peu à la persécution déclenchée à Jérusalem, parvint au village de Gamaliel, qui était son oncle, et lui demanda refuge. Il mourut des suites de ses blessures, quelques jours après, et fut enseveli aux côtés de Saint Étienne. Et Gamaliel et son fils de vingt ans, Habib, qui avait été lui aussi baptisé par les Apôtres, ne tardèrent pas à le rejoindre dans la mort.

De longues années plus tard, alors que ces sépultures étaient tombées dans l'oubli, Lucien, un Prêtre pieux et vénérable du village de Caphargamala, vit Saint Étienne lui apparaître à trois reprises [2]. Le Saint était vêtu du sticharion [3] de lin des Diacres, sur lequel était brodé son nom en lettres rouges et or. La tête couverte d'une longue chevelure blanche, il était chaussé de sandales d'or et tenait en main un bâton doré, avec lequel il frappa légèrement Lucien, en l'appelant par son nom. Il lui ordonna d'avertir l'Evêque de Jérusalem, Jean, et de procéder à l'invention de ses Reliques, pour que Dieu accomplisse par leur intermédiaire quantité de Miracles. Lucien alla aussitôt avertir l'Evêque Jean, qui lui commanda de creuser à l'endroit indiqué par le Saint, là où se trouvait un amoncellement de pierres. Cette même nuit, Saint Étienne apparut de nouveau à Lucien pour lui révéler que cet amas n'était qu'un mémorial élevé lors de ses funérailles, et qu'il devait chercher sa sépulture un peu plus au nord. Après avoir creusé en grande hâte, on découvrit une plaque de pierre, sur laquelle étaient inscrits en lettres hébraïques les noms d'Étienne, de Nicodème et d'Habib. Aussitôt la terre trembla et un suave parfum se répandit alentour, accomplissant soixante-treize guérisons. Et l'on put entendre des voix angéliques chanter: « Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre, aux hommes la bienveillance. » L'Evêque Jean, qui présidait alors un synode à Lydda (Diospolis), se rendit sur les lieux, assisté de deux autres Evêques, pour reconnaître le corps du Premier-Martyr, et il le transféra dans l'église de la Sainte-Sion à Jérusalem, le 26 décembre 415 [4]. Une pluie abondante vint alors mettre fin à la sécheresse qui affligeait depuis longtemps la Palestine.

On raconte que quelque temps après [5], la veuve du fondateur de l'église dans laquelle avait été déposée la Relique de Saint Étienne voulut transporter à Constantinople la dépouille de son mari. Mais, à cause de la ressemblance des deux sarcophages, ce fut la Relique du Saint qu'elle emporta. Tout le long du chemin les miracles se multiplièrent à son passage; et quand le navire parvint au port de Chalcédoine, les démons qui étaient cachés dans les flots crièrent qu'un feu insupportable les tourmentait. Quand le navire eut abordé, on posa le sarcophage sur un chariot traîné par des mules. Mais les bêtes s'arrêtèrent soudainement en un lieu nommé Constantianes, et l'une d'elles prit même une voix humaine pour déclarer qu'il fallait déposer là le corps du Saint. On eut beau atteler douze autres mules, il fut impossible de déplacer le chariot. On déposa donc les précieux restes, le 2 août, en cet endroit où une église en l'honneur du Saint Premier-Martyr fut ensuite édifiée.

[voir aussi: le synaxaire de Saint Etienne]

haut

NOTES:
 
[1] Nous résumons le récit de l'invention des Reliques attribué au Prêtre Lucien, qui a été transmis dans la tradition hagiographique, en ajoutant la narration de leur translation à Constantinople. En fait, comme le rapportent par ailleurs les chronographes byzantins (Théophane le Confesseur), la main droite de St Etienne fut envoyée par l'Archevêque de Jérusalem à Constantinople, en remerciement des dons accordés par l'empereur (429). Quand la Relique, apportée par St Passarion, arriva à Chalcédoine, le Saint apparut à l'impératrice Pulchérie, qui vint avec son frère, l'empereur Théodose le Jeune, accueillir ces précieux trophées, qui furent ensuite déposés au palais, avant d'être transférés dans la première église de la capitale dédiée au Saint. En 439, l'impératrice Eudocie (commémorée le 13 août), retirée aux Lieux Saints, envoya de Jérusalem d'autres parties du corps. Et, au VIe s., Julia Anicia transféra le reste des Reliques, dont la plus grande partie fut emportée en Occident par les Croisés lors du pillage de Constantinople en 1204.
 
[2] Dans d'autres versions, c'est Gamaliel qui apparaît au Prêtre Lucien.
 
[3] L'aube que revêtent les Diacres et les Prêtres pour célébrer.
 
[4] C'est sous l'épiscopat de St Juvénal, le 15 mai 439, que les Reliques de St Étienne furent transférées dans la basilique élevée sur le lieu de sa lapidation, lors d'une grandiose cérémonie présidée par St Cyrille d'Alexandrie. Par la suite l'impératrice Eudocie, qui désirait être enterrée auprès du corps du Premier-Martyr, fit agrandir la basilique et y adjoignit un grand Monastère. Mais tous ces bâtiments furent ravagés lors de l'invasion perse de 614.
 
[5] Nous accordons ici, arbitrairement, la chronologie de ce récit qui est placé par la tradition hagiographique au temps de St Constantin et de l'Archevêque de Constantinople, St Métrophane.
 

[SOURCE: Le Synaxaire. Vie des Saints de l’Eglise orthodoxe - par le hiéromoine Macaire. Monastère de Simonos Pétra au Mont Athos]


Synaxaires -> Vies de saints
Icônes de saints -> Icône de saint Etienne