icones-grecques.com  

*  Nouveautés
*  Contact
*  Livre d'Or


fr / en
*  Accueil
     *  Bienvenue / Présentation
     *  Les nouveautés
*  Albums
     *  Icônes du Christ
     *  Icônes de la Mère de Dieu
     *  Icônes de saints
     *  6 icônes
*  Expositions
     *  Atelier Gustave, Paris, 2012
     *  Atelier Gustave, Paris, 2009
     *  Atelier Gustave, Paris, 2007
     *  UNESCO (Paris), 2007
     *  Abbaye d'Ourscamp, 2006
     *  Paris, 2006
     *  Le Cannet, 2005
     *  Paris (AEOF), 2003
     *  Toutes les expositions
*  Textes
     *  Synaxaires
     *  Iconographie
     *  Textes bibliques
*  Marie Lavie
     *  L'iconographe
     *  Contact
 
 
 

L'éveil par l'art

- Olivier Clément -

Iconographie orthodoxe -> L'éveil par l'art (*)
 

Vierge - détailDans la démarche de l’artiste, dans la démarche de tout homme qui s’arrache au somnambulisme, il y a ébranlement, interrogation sur le sens, creusement. Ou, plus simplement, et d’un mot qui résume tout, éveil. Les vieux ascètes disaient que le plus grand des péchés est l’oubli : devenir opaque, insensible, tantôt fiévreusement affairé, tantôt lourdement sensuel, incapable de faire un instant de silence, de s’étonner, de chanceler devant l’abîme, qu’il soit d’horreur ou de jubilation. Incapable d’admirer et d’aimer. Incapable d’accueillir les êtres et les choses. Insensible aux sollicitations secrètes, constantes pourtant, de Dieu.

L’art, ici, nous éveille. Il nous approfondit dans l’existence. Il fait de nous des hommes et non des machines – ou des « animaux dénaturés ». Il nous rend nos joies solaires et nos blessures saignantes. Il nous ouvre à l’angoisse et à l’émerveillement. L’art de l’icône est un support de contemplation, la possibilité de connaître Dieu par une certaine beauté, celle, dit Denys l’Aréopagite, « qui suscite toute communion ». J’inverserai volontiers la formule en disant : la beauté que suscite toute communion. Dans cet art, comme le montrent les images ici reproduites, il est moins question du « sacré » que du « saint » (Dieu n’est pas trois fois sacré, il est trois fois saint). Le « saint » se répand, il veut embraser « l’uni-totalité ». Le « profane », en réalité est profané : il faut le libérer du mensonge, de ce que Berdiaev appelle l’ « objectivation », pour qu’il s’illumine au grand soleil de la Transfiguration. La sainteté relie, s’exprime dans la flamme des choses et l’icône du visage. Le Christ enfant a un visage grave et profond, l’Ancien des jours un regard adolescent. « En ce jour, dit le prophète Zacharie (14, 20-1), il y aura sur les clochettes des chevaux : Sainte propriété du Seigneur, les marmites seront comme des coupes d’aspersion devant l’autel. Et toute marmite (…) deviendra une sainte propriété du Seigneur Sabaoth… »

L’artiste, ici, assume une diaconie ecclésiale. Il ne peut être qu’un être de foi qui fait sien le Credo par la prière, l’ascèse, l’ouverture au grand fleuve de vie de la vraie Tradition. Laquelle est l’Evangile et l’Eucharistie rendus sans cesse actuels par le Saint Esprit. L’icône n’est-elle pas une écriture de l’Ecriture, une écriture de Lumière ?

L’iconographe essaie de se dégager de sa subjectivité close : des règles, des modèles guident sa contemplation que sa création va traduire. De sorte que l’image qu’il peint rejoint et réveille en lui l’image qu’il est, l’image de Dieu. Et la réveiller en ceux qui la regarderont avec amour ou plutôt se laisseront regarder par elle.

Alors, dira souvent l’homme d’aujourd’hui, le peintre d’icône n’est pas libre. Mais qu’entendons-nous lorsque nous disons : liberté ?
Sans doute répondra-t-on : être libre c’est faire ce qu’on veut.

Mais qui veut ? Est-ce l’homme déchiré, contradictoire – « je ne fais pas le bien que j’aime mais je fais le mal que je hais », dit s.Paul – l’homme livré aux pulsions de son inconscient, aux modes, aux grandes forces de la société et du cosmos. La beauté créée par un tel homme ne risque-t-elle pas d’être la projection d’un ego tourmenté, une beauté magique, de « possession » ?

N’est-il pas plus libre, vraiment libre peut-être, l’homme libéré par une lumière d'en haut, pacifié, délivré de l’angoisse par la résurrection, du narcissisme par la prière, simultanément ouvert et unifié par cette autre lumière ? L’homme qui ne peut créer qu‘en s’acceptant comme créature...

C’est pourquoi les règles, les « canons » de l’art liturgique constituent comme une ascèse de libération. Une ascèse de communion aussi car tous doivent pouvoir reconnaître les scènes représentées, l’individualité des personnages. La perspective inversée, la frontalité, le rôle essentiel du visage, partie de corps la plus transparente à la personne, une certaine retenue dans l’expressivité, autant d’indications qui qualifient une beauté de célébration et de communion.

Cette ascèse, tout en donnant une humble et sûre valeur au travail répétitif de l’artiste, permet au créateur d’être vraiment libre de cette liberté que permet la transcendance enfin atteinte de la personne.

Olivier Clément

 

(*) Ce texte s'est contitué en préface au catalogue d'icônes de l'exposition "Les arrhes du Royaume" (Atelier Gustave, Paris 2007).

Olivier ClémentFrançais issu d'une famille non croyante, agrégé d'histoire, Olivier Clément s'est converti au Christ à l'âge de trente ans, et s'est fait baptisé dans l'Église orthodoxe.

Avec d'autres théologiens orthodoxes de sa génération - tels que Vladimir Lossky (1903-1958), Nicolas Afanassieff (1893-1966) ou Paul Evdokimov (1901-1970) -, il est devenu un des pionniers du "renouveau théologique orthodoxe" du 20e siècle.

Il est l'auteur d'une trentaine d'ouvrages sur l'histoire, la théologie et la spiritualité orthodoxes.

haut


© Marie Lavie